Croisière fin de saison du 29 octobre au 1er novembre

Voyage très agréable de Paris à Hyères avec d’autres voileux ; Philippe nous accueille à la gare pour nous guider jusqu’au port et à notre bateau.

Une fois à bord de DIMITILE, beaucoup de questions de Dominique ravi de sa 2ème participation à une croisière VCL qui, il en est certain, se terminera de façon moins fébrile pour lui que celle de Saint Malo. 😊

Une fois, nos chambrées « quartiers » désignés par Lucas, il nous reste plus que l’avitaillement à récupérer. A peine arrivés au quai de chargement, un beau gaillard nous voyant en tenue seyante de marins, nous aide à tout ranger avec astuce, dans la microscopique Fiat 500, tous les sacs de victuaille, pack d’eau, bières et alcool fort. Puis l’aide de l’équipage présidentiel de CIPANGO sera fort appréciée pour transporter nos nombreux paquets qui trouveront ensuite leur place dans notre 44 pieds grâce à l’ingéniosité de Ben et Lucas.

Repas habituel au restaurant Tocco, proche du port de Hyères avec une belle tablée de 11 valeureux marins ; 2 personnes manquent à l’appel, car en proie avec les retards, on ne dira pas de qui, SNCF ou autre ? Une fois de retour sur notre bateau DIMITILE, les langues peu à peu se délient, la bonne humeur règne en attendant nos petits marins, grâce à notre potion magique, le Diplomatico, un rhum de grande qualité qui nous sera utile pour user de diplomatie à plusieurs occasions lors de ces 4 jours.

Drapeau Arc-en-ciel flottant fièrement Le bateau présidentiel avait, pour cette croisière de fin d’année, émis le souhait de faire 1 ou 2 régates, contre les jeunes. Fort de notre expérience au Havre sur J80 et cette fois-ci sur un 44 pieds, nous nous nous levons ce samedi matin en douceur ; quelle ne fut pas notre stupeur d’apercevoir déjà dans le chenal, le bateau présidentiel qui s’élançait à neuf heures précises, dans le but de gagner cette première régate avec comme point de chute, la plage des Brouis.
Par diplomatie nous lui donnerons une certaine avance …
Ce samedi à 10h sous un soleil naissant, nous nous élançons toutes voiles dehors avec une bonne mer et un bon vent, malheureusement au près en direction de la plage de Brouis dans le golfe de Cavalaire face au domaine de Gigaro. Un vrai temps de Jeunes Filles … Repas du midi très agréable mais déjà, les marins de la cambuse s’aperçoivent qu’il manque des denrées de première nécessité, la bouteille « Diplomatico » ayant été bue et bien appréciée la veille. Ben propose alors de trouver du SPARE au SPAR local de la plage de Giraro.

On reviendra malheureusement bredouille de la virée au Spar et il faudra se serrer la ceinture !
Malgré l’arrêt au stand SPAR et tous nos virements de bord pour atteindre les Brouis, nous sommes les premiers à la plage. Nous sommes inquiets de ne pas voir le bateau présidentiel. De ce fait, en attendant, nous goûtons aux joies de la mer Méditerranée à 21 degrés en ce 29 octobre.
couché de soleil sur le bateau Présidentiel Bien qu’ayant perdu la régate, et beaux joueurs comme à leur habitude, nous sommes conviés par l’équipage de Cipango sur le bateau Élyséen.

Une fois rentrés à bord de Dimitil, la soirée démarre avec moults échanges animés, bon repas et dépenses énergétiques en tous genres accompagnés de nombreux liquides, avec le traditionnel coup de gueule du capitaine : « C’est pas Versailles ici ! » et le fameux “ La vaisselle aux grandes eaux ! “

Ce dimanche matin, le bateau Élyséen, un peu vexé de sa défaite de la veille, nous quitte le premier. Puis nous quittons au moteur ce lieu, puisque les batteries étaient presque vides et prenons une route plus au sud ouest pour chercher le vent, mais en vain. Les voiles étaient hissées mais le vent était si faible que notre 44 pieds se dandinait sans avancer. Nous remettons le moteur.

Comment on a pu arriver les derniers alors qu’on a mis le moteur ? Là je suis perdu … Était-ce encore une fois par diplomatie ?
Alors que nous nous traînons lamentablement sur cette mer aux reflets d’argent, on nous avise que les pâtes sont prêtes sur le bateau Élyséen, alors que nous sommes encore en pleine mer. Nous faisons donc fissa et mouillons nos 25m de chaîne dans l’anse de Port Man. Les paddles gonflés pendant notre virée, sont immédiatement mis à l’eau, et de 7 à 77 ans, on s’ébat dans ce lieu magnifique. Nathan, fier comme Artaban, est parti draguer un bateau voisin dont l’équipage nous semblait aussi un peu « pirate » et tentons de le rallier à notre cause.
Au moment du café, Dimitile est abordé par un zodiac de surveillance des Eaux et Forêts de l’Île de Port-Cros, composé de 3 charmants gardes forestiers qui nous interrogent sur notre longueur. Un peu interloqués, ne sachant pas avec leurs beaux sourires, de quelle longueur il s’agissait, nous finîmes par lâcher d’une seule et même voix que nous avions 44 pieds sous les pieds. On nous indique alors que les bateaux de 14m était « persona non grata » à l’avenir dans l’anse, seuls les 12m ou 38 pieds avaient le droit de s’y mouiller. Ouf, nous venions de réviser les pieds, les pouces, les yards, les gallons, les litres ! Sans nous démonter et de notre expertise des poids et mesure devant ces sourires « ultrabrite », nous leur proposons alors un café pour faire oublier nos 6 pieds de trop ; s’ils n’avaient pas été en service, ils auraient sans doute sauté à notre bord.
Une partie de l’équipage de Dimitile, accompagné de Didier, rejoint la terre ferme pour traverser la jungle de Port Cros en nourrissant l’espoir, telle Lady Chatterley, de recroiser un des beaux gardes forestiers.
Tout l’équipage de DIMITILE retrouve ensuite la civilisation au mouillage de Port-Cros. Lucas, Nathan et Dom se mettent aux manettes pour nous préparer aux petits oignons LA Soirée Halloween que nous avions prévue à Paris. Mais en coulisse, d’autres idées naissaient et notamment celles de devenir de charmants pirates. Du « rooftop » à la cambuse, tout l’équipage se met alors en effervescence pour rendre cette soirée mémorable et transformer Dimitile en bateau pirate paré de lampions rouges et de toiles d’araignées.
Soirée Halloween à bord de Dimitile Avisé de la soirée Halloween, prêt à parer tous les dérapages, nous invitons CIPANGO présidentiel à cette soirée festive sous le thème « pirates ».
A 19h00, un canot s’approche dans la nuit et monte à bord, éclairé par une lumière blafarde ; de l’échelle de coupée, sort le Capitaine de Frégate, le comte Philippe de la BraguettHyeres, en tenue d’époque et accueille les convives sans son mousquet. Lucas Sparrow sort à son tour, entouré de ses moussaillons. Au « rooftop », nous sommes 13 à bord bien serrés les uns contre les autres (hummm), mais encore aucun attaché au mât ! Belle et agréable soirée en musique, champagne et alcools en tout « genre » pour de vrais marins. Rassasiés, nous lâchons les membres du bateau présidentiel, à l’exception de Didier, gardé en otage pour éviter un coup de Trafalgar du bateau élyséen pendant la nuit. Notre otage, admiratif de la proportion avantageuse des 6 pieds supplémentaires de Dimitile et la promesse d’être attaché au mât, reste donc à bord et la soirée se poursuit avec une cérémonie des perruques mémorables pour élire le plus beau pirate évaporé en blonde sulfureuse, aidée par notre maquilleur pro bien aimé d’exception. Collection perruque Halloween 2022

Didier abattu et ses vêtements lacérés (c’était un rêve !!), les pirates le guident pour le mettre aux fers. Dans la fraîcheur de la nuit, tout l’équipage de Dimitile se met en quatre finalement, pour donner à notre hôte bien sympathique, la couchette double plus accueillante du carré. Chacun apporta une couverture, des pulls, de quoi passer la nuit en toute quiétude … Hum Hum avec 7 gaillards à bord …

Lundi au réveil, nous sommes assaillis par des gamins, en quête de bonbons d’Halloween. Avec notre diplomatie habituelle, nous leur proposons notre décor et ils s’en vont ravis et nous, pas peu fiers que celui-ci serve aussi aux prochaines soirées Queer pour Halloween du bateau voisin. A peine eurent-ils disparu que 2 beaux marins, adultes cette fois-ci, nous accostèrent pour demander si Antoine était à bord. Voilà ce que c’est que d’être connu, les paparazzis vous suivent même jusqu’à Port Cros !

L’équipage requinqué de Dimitile se mutine alors pour changer le programme de navigation pour continuer la fête vers l’île du Levant. Mais le capitaine Lucas Sparrow réussit à mâter la révolte en nous faisant miroiter d’autres riches soirées à Porquerolles. Nous amerrissons enfin sur la plage Notre Dame, mieux protégée car un coup de torchon est en approche. La soirée se poursuivra ensuite dans les fastes élyséens à bord de Cipango pour un apéro digne de notre bateau présidentiel.

Ce mardi matin, le Captain Lucas Sparrow avait changé de tenue pour celle du Capitaine Haddock, pour réveiller dès 8h30 le bateau sous un « Tonnerre de Brest » tonitruant ; le ciel est menaçant et sera suivi 30 minutes après d’un concert de tonnerre et d’éclairs s’abattant tout proche de notre vaillant Dimitile avec des gouttes épaisses crépitant sur le toit et la toile du roof.

Et comme toujours, après la pluie vient le beau temps, dans ce coin unique qu’est le Var avec ses îles paradisiaques de luxure et de richesses insoupçonnées.

Après le déluge, le luxe d’un bon verre en terrasse devant le port de Porquerolles. Et pour clôturer dignement ces 4 jours mémorables, un repas à bord digne d’un château, avec comme spectacle, de beaux marins en apprentissage, devinez quoi ? Des manœuvres de port sur un superbe catamaran !!!! Bref, une fin de croisière haute en couleur, sans aucune fébrilité et riche d’expériences variées.
CR co-écrit par Bob & Dom.